La prescription de médicaments

En tant que sage-femme, vous pouvez prescrire les médicaments d’une classe thérapeutique figurant sur une liste limitative. La prescription doit répondre à certaines règles pour être compréhensible par votre patiente, bien exécutée par le pharmacien et remboursée par l’Assurance Maladie.

 

LES MÉDICAMENTS AUTORISÉS À LA PRESCRIPTION

 Liste des médicaments renfermant ou non des substances vénéneuses autorisés aux sages-femmes pour leur usage professionnel ou leur prescription auprès des femmes

 

A   EN PRIMO-PRESCRIPTION :

-          Acide folique aux doses recommandées dans la prévention primaire des anomalies embryonnaires de fermeture du tube neural.

-          Anesthésiques locaux : médicaments renfermant de la lidocaïne.

-         Antalgiques :

-          paracétamol ;

-          tramadol ;

-          nefopam ;

-          association de paracétamol et de codéine ;

-          association de paracétamol et de tramadol ;

-          nalbuphine, ampoules dosées à 20 mg. La prescription est réalisée dans le cadre d'un protocole mis en place avec le médecin anesthésiste-réanimateur. L'usage est limité au début du travail et à une seule ampoule par patiente.

-          Antiacides gastriques d'action locale et pansements gastro-intestinaux.

-          Antiagrégant plaquettaire : acide acétylsalicylique dosé à 100 milligrammes.

-          Antibiotiques par voie orale dans le traitement curatif de première ligne des cystites et bactériuries asymptomatiques chez la femme enceinte selon les recommandations officielles en vigueur.

Prescription non renouvelable pour une infection donnée.

-          Antibiotiques par voie orale dans le traitement des cervico-vaginites, ainsi que le traitement du ou des partenaires. Prescription non renouvelable pour une infection donnée.

-          Antibiotiques par voie orale ou parentérale en prévention d'infections materno-foetales chez la femme enceinte, selon les recommandations officielles en vigueur.

-          Antiémétiques.

-          Antihémorragique : étamsylate, vitamine Kl.

-          Anti-infectieux locaux utilisés dans le traitement des vulvo-vaginites : antifongiques, trichomonacides, antibactériens et antiherpétiques.

-          Anti-inflammatoires non stéroïdiens en post-partum immédiat.

-          Antisécrétoires gastriques :

-          antihistaminiques H2, de préférence la ranitidine ou la famotidine ;

-          inhibiteur de la pompe à protons, de préférence l'oméprazole.

-          Antiseptiques locaux.

-          Antispasmodiques.

-          Antiviraux en prévention des récurrences d'herpès génital en fin de grossesse et en prévention des accidents d'exposition au sang.

-          Anxiolytiques : clorazépate dipotassique per os, à la dose maximale de 10 milligrammes/24 heures pour une période n'excédant pas 24 heures.

-          Contraceptifs sous toutes leurs formes et voies d'administration

-          Glucose

-          Immunoglobulines anti-D, et anti-tétaniques.

-          Laxatifs.

-          Médicaments assurant le blocage de la lactation 

-          Médicaments de proctologie : topiques locaux avec ou sans corticoïdes et avec ou sans anesthésiques.

-          Médicaments homéopathiques.

-          Mélange équimolaire oxygène protoxyde d'azote exclusivement en milieu hospitalier, et sous réserve d'une formation adaptée.

-          Ocytociques : produit renfermant de l'ocytocine,

-          Oxygène.

-          Produits de substitution nicotinique

-          Solutions de perfusion :

-          Solutés de glucose de toute concentration ;

-          Solutés de chlorure de sodium isotonique à 0.9 % ;

-          Solutés de gliconate de calcium à 10 %  

-          Solutés de sulfate de magnésium à 15 % dans la limite de 20 millilitres ;

-          Solutions de Ringer.

-          Topiques à activité trophique et protectrice.

-          Topiques à usage externe :

-          Solutions salines sursaturées ;

-          Cataplasme à base de Kaolin.

-          Vaccins sous forme monovalente ou associés contre les pathologies suivantes : tétanos, diphtérie, poliomyélite, coqueluche (vaccin acellulaire), rubéole, hépatite B, grippe et papillomavirus humain.

-          Veinotoniques et vasculoprotecteurs.

-          Diosmine ;

-          Flavonoïdes ;

-          Association troxerutine-hepteminel-ginkgo

-          Vitamines et sels minéraux par voie orale.

 

B    LES SAGES-FEMMES SONT AUTORISEES A RENOUVELER LA PRESCRIPTION FAITE PAR UN MEDECIN DES MEDICAMENTS SUIVANTS :

-          Anti-inflammatoires non stéroïdiens indiqués dans le traitement des dysménorrhées, notamment l’acide méfénamique ;

-          Nicardipine, selon les protocoles en vigueur préétablis ;

-          Nifédipine selon les protocoles en vigueur préétablis.

C    EN CAS D'URGENCE, EN L'ATTENTE DU MEDECIN, LES SAGES-FEMMES PEUVENT PRESCRIRE ET UTILISER LES MEDICAMENTS SUIVANTS :

-          Adrénaline injectable par voie sous-cutanée dans le cas d'anaphylaxie.

-          Dérivé nitrés, selon les protocoles en vigueur préétablis.

-          Ephédrine injectable dans la limite d'une ampoule dosée à 30 mg par patiente.

-          Hémostatiques utérins méthylergométrine, en post-partum ou pest-abortum.

-          Solutés de remplissage vasculaire, selon les protocoles en vigueur préétablis.

-          Succédanés du plasma composés d'hydroxyéthylamidon dans les états de choc.

-          Utéro-relaxant : Atosiban acétate, clans les menaces d'accouchement prématuré.

 

Liste des classes thérapeutiques ou des médicaments renfermant ou non des substances vénéneuses autorisés aux sages-femmes pour leur usage professionnel ou leur prescription auprès des nouveau-nés jusqu'à l'âge de deux ans

 

A   EN PRIMO-PRESCRIPTION :

-          Antiseptiques locaux.

-          Antispamodiques musculotropes :

-          Phloroglucinol ;

-          Trimébutine enfant et nourrisson.

-          Anesthésiques locaux : crèmes ou patches contenant une association de lidocaïne et de prilocaïne.

-          Antalgiques : paracétamol par voie orale ou rectale.

-          Antifongiques locaux.

-          Collyres antiseptiques, antibactériens et antiviraux sans anesthésiques, sans corticoïdes et sans vasoconstricteurs.

-          Diosmectite.

-          Fluor, selon les recommandations en vigueur.

-          Oxygène.

-          Solutions de perfusion

-          Solutés de glucose de toute concentration ;

-          Solutés de chlorure de sodium isotonique à 0.9 % ;

-          Solutés de gluconate de calcium à 10 %.

-          Topiques à activité trophique et protectrice.

-          Vaccins :

-          Vaccin et immunoglobulines anti-hépatite B ;

-          Vaccin et immunoglobulines antitétaniques ;

-          BCG.

-          Vitamine et sels minéraux par voie orale : la forme injectable est autorisée pour la vitamine K1.

 

B    EN CAS D'URGENCE ET EN L'ATTENTE DU MEDECIN, LES SAGES-FEMMES PEUVENT PRESCRIRE ET UTILISER LES MEDICAMENTS SUIVANTS :

-          Adrénaline par voie injectable ou intratrachéale dans la réanimation du nouveau-né.

-          Naloxone.

 

(insérée, Ar n° 1535 CM du 13/08/2018, art. 2) => lien lexpol: http://lexpol.cloud.pf/LexpolAfficheTexte.php?texte=255186&idr=662&np=1

 

Liste des médicaments renfermant ou non des substances vénéneuses autorisés à être administrés par voie de vaccination par les sages-femmes dans le cadre de leur exercice professionnel ou de leur prescription auprès de l'entourage de l'enfant ou de la femme enceinte.

 

A - Les vaccins sous formes monovalentes ou associées contre les pathologies suivantes :

-      rubéole ;

-      rougeole ;

-      oreillons ;

-      tétanos ;

-      diphtérie ;

-      poliomyélite ;

-      coqueluche

-      infections invasives à Haemophilus influenzae de type b ;

-      hépatite B ;

-      grippe ; 

-      infections invasives à pneumocoque ;

-      tuberculose.

 

B - Les produits de substitution nicotinique.

 

Liste des médicaments classés comme stupéfiants autorisés aux sages-femmes pour leur usage professionnel ou leur prescription

-          Chlorhydrate de morphine, ampoules injectables dosées à 10 mg, dans la limite de deux ampoules par patiente.

-          Péthidine, exclusivement en milieu hospitalier.

 

 

Thème: