Longue maladie

Votre patient est atteint d'une affection de longue durée

Sommaire

    Quelles sont les formalités à effectuer?

    Si la prescription est sur une ordonnance bizone, cochez sur la demande d’ entente préalable la case « LM ».

     

    Quelles sont les prises en charge ?

    Les personnes entrant dans le cadre de la longue maladie bénéficient d’une prise en charge à :

    • 100% du tarif de responsabilité pour toutes les prescriptions de médicaments liées à la Longue maladie inscrites dans la partie haute de l’ordonnance bizone.

     

    • 100% pour l’hospitalisation, les soins dentaires, les actes infirmiers, de kinésithérapie, d’analyses biologiques effectués dans le cadre de la longue maladie.

     

    • 95 % pour les consultations et visites d’un médecin liées à la longue maladie.

     Le ticket modérateur de 5% s’applique :

    -     à une consultation ou une visite réalisée par un médecin qu’il soit généraliste ou spécialiste effectuée à son cabinet, à titre externe à l’hôpital, dans un centre de soins, dans un dispensaire ou au domicile du patient ;

    -     aux majorations de nuit et du dimanche

    -     aux frais de déplacement du médecin

    -     à l’électrocardiogramme

    -     à l’IRM

    -     à une ostéodensitométrie

    -     aux consultations et visites  incluses dans le panier de soins

     

    Les soins pratiqués pour des affections n’ayant pas de relation avec la longue maladie reconnue sont pris en charge à 70% sans tiers payant.

     

    En cas d’arrêt de travail, les indemnités journalières en longue maladie sont calculées en fonction du régime d’affiliation  de l’assuré.

     

    Pour les affiliés au régime des salariés : 100% les 30 premiers jours d’arrêt maladie puis 75 % du salaire réel perçu dans la limite du plafond soumis à cotisation pour l’assurance maladie. Les indemnités journalières sont majorées de 1/10ème du SMIG prestations égal à 87 346 Fcfp par enfant à charge. Le versement de ces indemnités est limité à une période de 3 ans si l’état médical du patient le justifie.

     

    Pour les affiliés au régime des non salariés : 50% des revenus professionnels soumis à cotisations. A compter du 15e jour d’arrêt pour les deux premiers arrêts maladie de l’année civile, à compter du 30eme jour d’arrêt à partir du 3eme arrêt de l’année civile et versements limités à 18 mois sur 3 ans consécutifs.