Le don d'organes

2ème campagne 2017 de sensibilisation et d’information sur le don d’organes

Du 13 au 19 novembre 2017

 

TOUS CONCERNES TOUS DONNEURS  

 

LA LÉGISLATION SUR LE DON D’ORGANES, (applicable en Polynésie française depuis le 29 juillet 2017).

 

 1   LE CONSENTEMENT PRESUME

Selon la loi, nous sommes tous donneurs présumés d’organes à moins d’avoir  exprimé de son vivant le refus d’être prélevé. En adoptant ce principe, le législateur a eu foi en la solidarité nationale et  a choisi de privilégier l’intérêt pour tous.  

Il n’existe pas de registre du « oui ». Ainsi, la personne qui consent au don de ses organes  (reins) en vue de greffes n’a aucune démarche à faire. Ce n’est qu’en cas d’opposition qu’il convient de faire connaitre son refus de prélèvement.

 

POUR EXPRIMER SON REFUS, PLUSIEURS POSSIBILITES :

*S’INSCRIRE SUR LE REGISTRE NATIONAL DES REFUS

En ligne sur le site registrenationaldesrefus.fr ou par l’envoi postal d’un formulaire disponible sur ce même site ou d’une demande sur papier libre :

(Agence de la biomédecine, Registre national des refus, 1 avenue du Stade de France, 93212 Saint Denis La plaine Cedex).

 

*CONFIER SON OPPOSITION À UN PROCHE, PAR ÉCRIT OU DE VIVE VOIX

En cas de décès, la personne que vous avez choisie  (époux ,épouse, conjoint(e),parents, enfant, ami …)  pourra soit transmettre votre volonté écrite et signée, ou témoigner de ce refus oralement (il pourra lui être demandé les circonstances précises de l’expression de ce refus et de signer la retranscription).

Quel que soit le mode d’opposition, il est révisable et révocable à tout moment par la personne concernée.

 

ABORD DES PROCHES DANS LE CADRE D’UN POTENTIEL PRÉLÈVEMENT

En cas de décès permettant d’envisager un prélèvement en vue de greffes rénales, les équipes médicales cherchent à savoir si le défunt était opposé au don de ses organes et tissus.

Pour cela, elles consultent en premier lieu l’Agence de la biomédecine pour savoir si le défunt s’était inscrit ou non sur le registre national des refus.

 S’il y est inscrit, aucun prélèvement ne se fera. S’il n’y est pas inscrit, le personnel médical s’entretient avec les proches pour recueillir une éventuelle opposition exprimée par le défunt. Ce n’est pas l’accord de la famille qui est recherché mais la volonté de la personne décédée. . Il ne revient pas aux proches de prendre une décision à la place du défunt, mais de témoigner d’une éventuelle opposition exprimée du vivant de la personne.  

Les proches sont donc dans une situation difficile si le défunt ne leur a pas dit s’il était pour ou contre le don de ses organes et tissus. Toute position est respectable et respectée par les équipes médicales, encore faut-il qu’elle soit connue des proches.

 

Donner ou pas ses reins est une décision personnelle qui ne répond qu’au choix de chacun, à son rapport à son corps, au don, à ses convictions en tant que personne humaine …C’est parce que personne ne peut et ne doit décider à votre place que vous devez en parler et dire votre choix.

C’est le seul moyen de respecter votre volonté et celle de vos proches.

Lors du sondage réalisé lors de la journée du don le 22 juin dernier, 42 % de la population dit être donneur mais seulement 48 % a transmis sa volonté.

 LA GRATUITÉ

Le don d’organes est un acte de générosité et de solidarité entièrement gratuit. La loi interdit toute rémunération en contrepartie de ce don. Cette règle constitue par ailleurs une garantie contre le trafic d’organes.

L’ANONYMAT

Le nom du donneur ne peut pas être communiqué au receveur, et réciproquement. Les proches du donneur peuvent cependant être informés du résultat des greffes, s’ils le demandent. La règle de l’anonymat entre donneur et receveur a été prévue par la loi pour préserver les proches en deuil mais également pour aider les personnes greffées à s’approprier leur greffon, même si beaucoup d’entre elles pensent régulièrement au donneur.

 

 

QUELQUES CHIFFRES

Depuis 4 ans, ce sont 73 greffes qui ont été réalisées, soit une vingtaine de greffes par an.  Actuellement 148 patients sont inscrits en attente d’une greffe rénale. Mais pour faire des greffes il faut des dons.

 

Une personne sur deux n’a pas parlé de son choix avec son entourage.

 

 

LES MESSAGES

Et vous, avez-vous fait votre choix ?

Connaissez-vous la volonté de votre famille ou de vos proches ?

Vous retrouverez sur les chaines de télévision les spots de Tako et Kura, en français et en tahitien, des spots radio sur les ondes de nos partenaires ainsi que des bannières web.

 

N’hésitez pas à  contacter l’équipe de la coordination hospitalière des prélèvements d’organes

Centre Hospitalier de Polynésie Française

40 48 63 63

Infondon@cht.pf

 

 

 

Thème: