Alerte Chikungunya

Le chikungunya est une maladie due à un virus des zones tropicales qui vient de toucher la Polynésie. Il n’existe pas de traitement contre le virus du chikungunya mais quelques gestes de prévention permettent de s’en protéger.

Sommaire

    Qui est concerné ?

    Le chikungunya est très présent dans les zones tropicales d’Afrique et d’Asie mais il envahit peu à peu les régions tempérées . Les premiers cas ont été identifiés sur Tahiti.

    Les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants sont plus fragiles face à la maladie et aux complications qu’elle peut entraîner, ainsi que les personnes souffrant de diabète ou d’insuffisance cardiaque, rénale ou respiratoire.

    Existe-t-il un traitement ?

    Il n’existe aucun traitement efficace sur le virus lui même. On peut seulement agir sur les symptômes de la maladie.

    Il est recommandé de boire beaucoup d’eau, de prendre du paracétamol pour soulager la fièvre en respectant bien les délais entre les prises.

    Ne prenez surtout pas d’aspirine ou d’antiinflammatoires (comme l’ibuprofène) qui augmentent les risques d’hémorragie.

    La plupart des malades guérissent au bout d’une semaine, mais parfois les douleurs aux articulations peuvent persister plusieurs mois.

    Comment se transmet le Chikungunya ?

    C’est un moustique, dit « tigre » à cause de son corps rayé noir et blanc, qui transmet le chikungunya aux humains en les piquant.

    La transmission se fait d’homme à homme par l’intermédiaire du sang qui contient le virus et qui est transporté par le moustique.

    La personne est contagieuse dès qu’elle est piquée, même avant que n’apparaissent les premiers signes, qui arrivent en moyenne 4 à 7 jours plus tard.

    Comment se protéger ?

    Le moustique est très actif pendant la journée, surtout le matin et en fin d’après-midi : il faut alors être particulièrement prudent et bien se protéger (voir encadré prévention).

    Une fois qu’on a été infecté par le virus du chikungunya, on est immunisé contre la maladie.

    Quels sont les signes ?

    Il y a toujours de la fièvre et elle est souvent supérieure à 38,5°C, des douleurs aux articulations et des courbatures qui peuvent être très fortes, obligeant les malades à marcher voûtés : d’où le nom de « chikungunya », qui signifie la « maladie de l’homme courbé ». Elle peut aussi s’accompagner de maux de tête, de nausées, ou encore de boutons rouges qui font penser à une rougeole. Dans certains cas, on ne sent pratiquement rien. Les symptômes du chikungunya sont pratiquement pareils que ceux de la dengue.

    La meilleure solution : la prévention

    Si vous êtes dans une zone à risque, le seul moyen d’éviter le chikungunya est de vous protéger du moustique tigre. Voici quelques gestes de prévention simples et efficaces :

    Thème: